C'était mieux avant !


Avant la guerre, il n'y avait pas encore de transport en commun ; seuls les médecins de campagne et les gens aisés avaient une automobile ou une voiture tirée par un cheval.
Nous autes, on avait un vélo ou on prenait le tram pour descendre à Huy ou à Engis.



Un convoi au musée de Schepdael

Le tram d'Ampsin est chargé. Au dépôt du Bierwa, on a accroché à la voiture deux wagons pleins à craquer de betteraves que les fermiers ont apportées avec leurs chariots en bois. Les betteraves seront conduites à la râperie d'Omal.
On raconte que dans la campagne de Verlaine, le conducteur donnait des petits coups de frein pour faire tomber quelques betteraves. Les enfants les ramassaient pour les cochons.
Le tram n'avance pas vite ; il prend son élan pour grimper Hacquenière et le tournant à Es
l'Ardenne et n'y arrive pas ; le conducteur doit aller chercher de l'aide à la gare de Verlaine où une deuxième bicabine est prête en cas de coup dur.
Dans la voiture, les voyageurs rechargent le petit poêle à bois ; on aura bien le temps d'une partie de couyon.


Dessin réalisé par Jean-Marc Etienne (QVW)



Intérieur d'une voiture 2ème classe

Rue Ernou, Julien et les gamins du coin préparent leurs luges et rêvent de renverser le tram ; tandis qu'à Bodegnée, en rentrant de l'école, Nestor et ses copains empoignent une fourche pour charger aux betteraves avec les hommes.
Un peu plus tard, le convoi de Verlaine ralentit pour amorcer la première boucle sur Jehay. A Rogerée, il a déchargé du balatum chez le menuisier Delvenne.
A l'avant des wagons, les serre-frein sont en place, prêts pour la manoeuvre.
La courbe est serrée, on la prend à du 40 km à l'heure.



Wagon de marchandises avec le siège du serre-frein

Les voyageurs, assis, ont bien le temps de jeter un coup d'oeil vers la Paix-Dieu où on passera tout à l'heure après la grande boucle et le pont rue Zénobe Gramme.
Aujourd'hui, au dépôt du Bierwa, le père de Lucie remet quelques colis pour le chef de gare d'Ampsin.
Gaston est sur la plate-forme juste derrière la bicabine, pour respirer les fumées et recevoir les escarbilles qui s'échappent de la locomotive. Il est heureux de traverser ainsi son village.



Li vî tram'd'al Pâdjè (d'après Roger Brose, historien local, 1936 ­ Fize Fontaine)

I n'a longtimps d'çoula : dj'esteû co on tot p'tit cârpé nin pus hôt qu'ine bote, qu'on djâsève dèdja dè tram' d'al Pâdjè.
I s'arèstéve divins lès bwès d'Tcâlèt, djusse âd'divant di mon Maillard, li seûle mohone qu'èsteut pièrdowe tot là. Sol costé, on ètindéve li tchanson dè rèwe qui f'sève tourner li molin d'a Labèye. Adon, è mi èsprit, li Pâdjè avou sès bwès, si vî monastère, si rèwe djâspinant, si tramc'èsteut l'mistére qui nos asètchive, mi, èt d'aliyeûr tos lès valèts d'Fize.
Et, è catchète, avou lès Moisse, les Wégria, Jonèt èt quéques ôtes, nos alîs vêyî passer l'tram d'al Pâdjè. Come lî faléve on kwârt d'eûre po-z-ariver di Vèrlaine, nos potchîs è rèwe, wice qui nos pèhis âs p'tits pèhons, âs kwate-pèces, âs rognes
Quéquefèye mînme, nos toumîs l'cou è l'èwe, mins çoula n'arèstéve nin nos djeûs.
" Tutûte " èt acorant di Dj'hay, nos vèyî li foumîre qui montéve come ine pitite nulêye tote blanke, nos oyîs hufler èt nos brèyîs plin d'djôye " Volà l'tram " !
I s'arèstéve dilé nos èt nos drovîs dès oûy's come dès bawètes divant ç'grosse bièsse là qu'èsteut l'machine.
Avou on brut d'fiér, i glisséve èvôye èvè Binde èt Amsin.
Nos rik'mincîs nos djeûs èt nos rawârdîs qui r'passahe.
C'esteût l'bon timps wice qui lès vwèteures èstît rimplèye à mac di djins qu'alît so Hû ou bin so Lîdje.
Li londi, djoû dèl Boûse, lès gros cinsîs prindît l'convwè po Lîdje. Lès k'mères di Vèrlaine, di Dj'hay, di Fîze si rindît l'mercridi â martchî d'Hû. Eles pwèrtît dès grands banstês d'oûs èt d'bolètes. Eles fisît aller leûs platènes tot djâsant dè timps, dès cancans dè viyèdje, dès robes
To lès djoûs les ovrîs alît avrer à Rivadje.
Dj'èldi co, li tram'hufléve di djôve tot passant al Pâdjè.
Asteûre, on l'veût l'êr pèneûs, on n'sét poqwuè qui vike co.
Tot cahossant, il arive al Pâdjè, tchèdje onk ou l'ôte, mins c'èst bin râre. Nos n'èstans pus là po brêre : " Volà l'tram " !
D'aliyeûrs èst-ce co on tram : qwand i s'arestêye al Pâdjè, bin sovint n'a pus come vwèyajeûrs qui l'machineû, qui r'tape ine pal'têye è s'feu, èt l'contrleû, qui wêtes âs fignèsses, rawârdant 'ne saki qui n'î èst nin !