La gazette de la Paix Dieu


Extrait de la Gazette de Huy du 21.04.1934

La dernière abbesse de la Paix Dieu fut Louise de Beaurieux, élue abbesse en 1788.
Lors de la suppression des ordres religieux en Belgique, et par conséquent de la Paix Dieu, Louise de Beaurieux se réfugia chez la famille Nizet, à Bodegnée, et mourut quelques années après.

Le baron de Villenfagne, dans ses mémoires pour servir à l’histoire du pays de Liège, raconte que les moines du monastère de Flône venaient très souvent à la Paix Dieu, chantant aux offices célébrés dans l’église et distrayant les jeunes religieuses.
La dame abbesse s’était plainte au Haut-voué, c’est à dire au protecteur de l’abbaye, le baron van den Steen de Jehay. Celui-ci fit convoquer en son château de Jehay l’abbesse de la Paix Dieu et l’abbé Paquot de Flône.
L’abbesse de Villenfagne exposa le trouble que venaient jeter les chanoines de Flône en son couvent, mais l’abbé Paquot, sans attendre que la parole lui fut accordée, laissa tomber ces simples mots : « Madame, veillez à vos poulettes ; quant à mes coqs, ils sont libres et je ne puis répondre de leurs actions. »
Monseigneur le baron ne manqua pas de relever cette sortie incongrue.
Malheureusement, sa compétence en l’espèce était fort limitée, l’abbé relevant directement de l’empire au temporel, et au spirituel, de l’autorité papale.